un centenaire brûlant

Mis à jour : 13 déc. 2018

Je ne sais si c'est un privilège, mais j'ai eu deux grands-pères poilus ; chacun perdit un frère sur le front ; je ne me souviens pas de les avoir entendu évoquer cette période de leur vie et de l'histoire;

avec Maurice, nous parlions jardinage et peinture ; son salon de Croissy était couvert de ses copies de Boucher , considérées comme pompier par l'entourage, si bien qu'enfant j'assimilai ce qu'admirait mon aïeul à ce qu'il fallait éviter de reproduire, et c'était contrariant pour une petite fille qui rêvait les fresques qu'un jour , très vite elle exécuterait pour la plus grande joie de son grand-père. Mon autre grand-père était plus impressionnant il avait connu les camps aussi, et la porte de sa prison avant la déportation faisait la garde au rez-de-chaussée de leur maison à Châteauneuf sur Loire ; ils avaient pour voisin et ami Maurice Genevoix ;il ne devait pas trop apprécier la chasse ou du moins n'acceptait pas la débauche

Claude Monet et Georges Clemenceau sur le pont de Giverny

de cruauté de l'hallali.


La guerre a fauché des poètes , la guerre a fauché la jeunesse, et les survivants vécurent hantés. Certains vinrent sans doute s'asseoir à l'Orangerie dans l'écrin des nymphéas pour y puiser l'apaisement que Claude Monet voulut leur offrir, au seuil de sa mort.


Les panneaux peints et repeints inlassablement dans sa quête de la lumière sont à présent une offrande renouvelée à ces inconnus rescapés, de la Der des Der , et de toutes les horreurs qui sévissent encore.


Dans le square qui jouxte l'église St Germain des Prés trône un buste féminin au nez proéminent et toutefois harmonieux ; c'est le monument en l' honneur de Guillaume Apollinaire dont la dernière adresse a été le 202 Bd St Germain. Le visage de la sculpture est celui de DoraMaar, étrange destin pour cette effigie si souvent travaillée par Picasso , et qu'il proposa pour satisfaire un comité qui ne trouvait pas à son goût pour le monument la sculpture très aérienne toute de fer que l'ami peintre avait choisi pour l'ami poète .

13 novembre 2018, dans la salle des fêtes de la mairie du sixième ont lieu des conférences sur Guillaume Apollinaire ; ils occupent toutes les chaises en demi-cercle autour de la table où préside Claude Debon, professeur émérite à la Sorbonne ; ses épaules couvertes d'une veste pelucheuse blanche , l'oeil aussi perçant que celui du portrait qu'un autre poète , Max Jacob , dressa de Guillaume Apollinaire dont un portrait à la tête bandée est posé à leur gauche.

C'est le centenaire de l'enterrement du poète. La présidente parée d'hermine est entourée de deux autres professeurs, Laurent Fourcaut et Daniel Delbreil, qui respectivement explorent les calligrammes écrits pendant la guerre , et retracent les flâneries de ce grand marcheur qui aimait à composer ses poèmes en les chantant dans les rues qu'il traversait avec ses amis.

"J'ai encore tellement de choses à dire !"confia-t-il alors que la grippe espagnole lui donnait le coup de grâce.





la jardinière à l'origine sculpture en fer réalisée par Picasso avec Julio Gonzalez


voir vidéo pied de page accueil :Apollinaire

0 vue
 

©2018 by les fioretti. Proudly created with Wix.com

Anna Serrand : anneserrand@wanadoo.fr

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now