©2018 by les fioretti. Proudly created with Wix.com

Anna Serrand : anneserrand@wanadoo.fr

solstice

Mis à jour : 16 mai 2019


Gilles Serrand la pointe du jour

23 décembre, la ville est toute fébrile, il faut préparer Noël, bouger ou recevoir, vérifier les cadeaux ; les parisiens en fourmis besogneuses traversent la capitale chargés de victuailles et de paquets décorés ; les boutiques et les supermarchés sont pleins à craquer de retardataires, de procrastinateurs, de paumés du shopping.

Les routes sont encombrées, les trains bondés.

Sur une aire d'autoroute, l'équipe du petit centre commercial et de restauration a fabriqué une niche pour le père Noël ; ils ont mis dans sa guérite des jouets de toutes tailles et de tout terrain ( le bateau cohabitant avec le tracteur) ; les rennes sont en bûches et en branchages ; une guirlande lumineuse éclaire cette nativité Elan.

Un conducteur de semi-remorque a baissé sa vitre pour demander au monsieur à genoux contre le trottoir qui nous sépare du passage des camions ce qu'il photographiait :

- Les camions !

Il est épaté, le conducteur, et il repart avec la banane ; il racontera peut-être à ses collègues routards qu'il est tombé sur un cinglé l'autre soir qui faisait allégeance aux semi-remorques. Quant on y pense , il y a de quoi les adorer ces gros camions ; ils transportent toutes les victuailles, tous les trésors qui seront déballés le 24 au soir ou le 25 au matin.

Nous allons manipuler beaucoup de papier cadeau, beaucoup d'emballages et de produits sacrifiés sur l'autel de la prospérité ; c'est ainsi depuis que les vitrines s'allument dans les rues de nos cités.

Ce qui restera dans nos souvenirs n'aura ni étiquette ni rutilance , ce sera...

Une féérie sans machinerie aucune : la neige , quelqu'un , une petite chanson, une espièglerie, une caresse.






11 vues
 
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now