Et vous trouvez ça intéressant ?

Nous sommes allés à la FIAC.

Il y avait une femme en tailleur vert qui me croisait souvent dans les allées. Elle semblait tenir à peine debout, et tendait le cou comme un perpétuel Guernica.

Dans le flux des visiteurs j'avais jeté mon dévolu sur ce personnage dont les yeux écarquillés semblaient se vider de leur encre bleue, au fur et à mesure qu'elle franchissait les stands. Elle s'est adressée à moi ,prenant mon bloc de dessins pour des notes journalistiques :,)

" et vous trouvez ça intéressant ?"

et elle a repris son chemin, Petit Poucet à la recherche de ses cailloux.

Elle m'avait refilé son effarement ; par mimétisme ou empathie je faillis succomber au désespoir de l'oisillon tombé du nid, quand j'aperçus quelque chose qui vivait, sur un fond grand format réplique de la Serveuse de Manet en noir et blanc :

un couple masculin ayant passé les soixante ans, tout deux en complet veston pied de poule, l'un faisant le double de l'autre. Ils arboraient les couleurs de l'automne : l'un orangé, l'autre vert épinard : l'orangé avait une petite fleur jaune à la boutonnière.

C'était la pause déjeuner de ces deux spécimens ; ils allaient parler dans leur idiome à une conférence de presse : Gilbert and George

"Sculptures vivantes", c'était à la lettre l'impression qu'ils me donnèrent, ces deux plasticiens à l'oeuvre depuis les années soixante.

Mais où donc était passée la petite dame en vert à la chevelure de moineau ?

Elle aurait fait un joli effet entre ces deux parangons de l'élégance britannique.

Le plus grand aurait claqué des doigts et ils se seraient retrouvés tous les trois dans un parc du Sheshire, à savourer des scones fumants accompagnés de crème fraîche et de gelée de groseille servis dans un service à thé fleuri.



Vers cinq heures du soir, nous sommes sortis du Grand Palais lessivés, laissant derrière nous les vestiges d'un salon d'automne flamboyant (celui qui révéla les Fauves) dont il ne reste rien.



Gilbert and George , première apparition dans un stand pendant la pause déjeuner


signature de leur livre à l'étage ; le stylo ou feutre peut-il être un accessoire de sport ?

Gilbert and George and the milkshaken Grand Palais

En prenant une allée latérale avant de sortir, la danse de l'i phone.

©photos Gilles Serrand





0 vue
 

©2018 by les fioretti. Proudly created with Wix.com

Anna Serrand : anneserrand@wanadoo.fr

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now