a capella

En général, lorsqu'on invite un brésilien , la musique suit avec tous les atouts du carnaval, sa vera banda, et en tête une guitare au rythme irrésistible.

L'artiste porte une tunique rouge et sa démarche est plutôt celle d'un saddou ;sa silhouette ramassée couve des piles d'assiettes posées sur le parquet de la salle d'entrée du Centre Intermondes à la Rochelle. Les invités à ce vernissage sont en cercle irrégulier autour de lui ; ils ont gardé sur eux leurs pardessus et restent attentifs à ce qui se passe au niveau du sol, ce drôle de funambule, que va- t - il faire avec ces assiettes ? Silence bruissant seulement de quelques chuchotements.

Lorsqu'il se déploie c'est pour se pencher à nouveau et dresser une table intempestive ; les assiettes glissent jusqu'aux pieds de certains , et s'animent crescendo en tournant sur leurs tranches , en cymbales égarées.

Une musique monte ainsi au gré des porcelaines, ou Arcopal , au gré des diamètres , selon qu'une soucoupe danse dans une grande assiette , en fonction de la trajectoire de telle autre et de l'amplitude de sa révolution.

Un fracas mélodieux envahit la pièce jusqu'à ce que ce dompteur tranquille décide la pirouette finale, et le tutu de nacre reprend son emploi premier et rejoint la pile de ses consoeurs.

Leandro Machado Dos Santos est plasticien et aussi art thérapeute . C'est comme ça qu'il a verni son ouvrage Archéologie du Chemin, regard ethnologique sur ses propres racines à Porto Alegre.

Après on ouvre son livre , qu'une musette contient sans souffrir, et des visages souriants égrainent les paysages de ce coin de Brésil tout chaleureux et coloré où des pneus abandonnés servent d'abreuvoirs aux chiens, où les murs ne restent jamais longtemps nus grâce aux pinceaux des passants artistes. Et des fleurs exubérantes.

Archéologie du chemin... de quoi méditer sur un passé qui se ferait présent sous les pas du marcheur , et sur l'âme des objets, et l'âme, tout simplement.


6 vues

Posts récents

Voir tout

la façon

Auguste Renoir était fils de tailleur ; il habita quasiment sous les fenêtres de l'impératrice dans une aile du Louvre qui disparut depuis et où logeaient les artisans. Il vécut le passage à l'ère ind

 

©2018 by les fioretti. Proudly created with Wix.com

Anna Serrand : anneserrand@wanadoo.fr

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now